Geek au féminin – introduction

« Mais tu joues comme une fille ! »

Bravo banane, j’en suis une. Comme toutes celles qui ont tenu une manette ou qui ont posé les doigts sur le clavier le temps d’une partie de jeu sous un œil attentif et surtout sceptique de leurs homologues masculins, j’ai déjà entendu cette phrase.

Alors d’accord, je ne vais pas tout de suite me mettre en mode expert / sadique / cauchemar / apocalypse de la mort qui tue pour découvrir les mécanismes d’un jeu.
OK, il m’arrive de spammer frénétiquement toutes les touches de la manette (accompagnée des cris du désespoir de mon cher et tendre : « Tu vas la casser. TU VAS LA CASSER. AAAAH COMMENT TU PEUX FAIRE CA ! ») en espérant de faire un combo que j’avais la flemme d’apprendre par cœur dans le tuto… et mieux encore : des fois, ça marche.
J’avoue, je suis également capable de passer des heures à chercher sur le net le skin de la tenue idéale pour mon perso dans un MMORPG, ou à collectionner des familiers ou autres trucs qui brillent absolument vitaux pour ma survie. Mon leitmotiv dans certains jeux est : plus inutile, mieux c’est. Parce que c’est amusant, tout simplement.

Donc pour résumer : je suis une fille et je joue, il est ainsi probable que je joue comme une fille. Philosophie du jour, bonjour.

Une dédicace de l'homme-gazelle, toujours aussi ardent dans sa lutte contre l'expansion des geekettes.
Une dédicace de l’homme-gazelle, toujours aussi ardent dans sa lutte contre l’expansion des geekettes.

Rassurez-vous, il ne s’agit pas ici de mener une énième croisade féministe, de crier haut et fort l’égalité des sexes peu importe le domaine et tout ce blabla. Je respecte les avis de chacun et je ne vois pas l’intérêt de développer ce sujet.

A mes yeux, rien n’est une vérité absolue, tout comme l’expression « jouer comme une fille » n’a pour moi ni une connotation négative, ni positive d’ailleurs. Car rappelez-vous, le tout premier mot est « jouer ». Jusque la preuve du contraire, on parle du divertissement, il est donc normal que chacun le perçoive à sa manière. Pour les uns (et unes, hein), ce sera de terminer sur la première place d’un classement digne de pro gamers, pour les autres ce sera plutôt de passer une soirée réussie autour d’un bon scénario de role play… et certains, comme moi, s’éclateront comme des petits fous à chasser des papillons ou autres smourbiffs pour compléter leurs collections.

Enfin, il est tout à fait possible de tomber sur un boulet dans une équipe formée de manière aléatoire, quel que soit son sexe. Et là, on ne s’intéresse plus à son anatomie ; on dit juste qu’il joue comme un plot.

 

P.S.
Je tiens à préciser que je n’ai encore jamais cassé une manette de jeux. Il y en avait juste une, quand j’étais plus jeune, qui n’était pas de très bonne qualité et s’est désintégrée toute seule. Promis.

Publicités

9 commentaires sur « Geek au féminin – introduction »

  1. Je me retrouve complètement dans ce que tu racontes 🙂 (moi aussi j’ai déja spammé ma manette pour espérer sortir le super combo sans vraiment savoir sur quelles touches il faut appuyer et ça marche parfois 😀 )

    J'aime

  2. Le point science :
    Le phénomène de désintégration des manettes, connu aussi comme le marteau-pillonage ou encore l’écrasement mural, se déroule lorsque les détenteurs des-dites manettes souffrent du Syndrome du Hokuto no Ken (reconnaissable par l’interminable « waaaatatatatatataaaa… » que l’on peut entendre sortir de la bouche du malade) ou subissent un accés de rage provoquant l’envol innopiné de l’accessoire vidéoludique vers le mur le plus proche.

    Aimé par 2 people

Une remarque, une réaction, un amour à déclarer ? A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s