Geek, cet enfant qui ne veut pas grandir

J’ai beau vouloir faire des efforts alimentaires pour manger plus équilibré et faire du sport pour être en forme, le cylindre en est malheureusement une et je suis une anti-pub parfaite pour les fameux messages de manger-bouger : j’adore plus que tout le gras, le sucré et le salé.

Tandis que la plupart des filles vont chercher de superbes recettes sur Internet et vont préparer elles-mêmes leurs bons petits plats variés, bio et tout le tralala, mes pauses midi à moi ressemblent plutôt à ça :

Avouez, un energy drink Superman c’est juste la classe. Mais ce qui interpelle un peu, c’est ce qu’on peut lire au dos du mignonissime cookie Hello Kitty :

Gardant le très sincère espoir qu’ils ont juste oublié d’ajouter un « o », j’en viens à l’idée principale de cet article :

Même si c’est de la merde (quelle transition tout en finesse !), tout produit bien marketé trouvera des hordes d’acheteurs parmi les geeks.

J’en suis presque l’ambassadrice. Une espèce de radar ultra-puissant me permet de trouver la moindre connerie estampillée Sanrio, Star Wars, Mon voisin Totoro ou autre Final Fantasy dans n’importe quel magasin. Et, comme une sale gosse, plus l’inutilité du produit est grande, plus les chances que je veuille absolument l’acheter augmentent. Autant quand tu es vraiment un enfant c’est moins grave, c’est les parents qui disent simplement « non » et on avance malgré les cris du petit terroriste. Mais là, j’ai mon propre argent. Plus personne pour m’arrêter, J’AI LE POUVOIR (d’achat) !!! Je vous laisse ainsi imaginer comment ça se passe quand on va faire les courses / une balade en ville / un salon geek avec mon chéri et l’état nerveux de ce dernier. Et oui, vous pouvez lui envoyer vos condoléances par e-mail ou pigeon voyageur, je les transmettrai sans faute.

Plus sérieusement, le merchandising est une véritable mine d’or pour les propriétaires de licences. Star Wars en est un excellent exemple, c’est d’ailleurs une des premières à avoir une pléthore de produits dérivés. Il existent carrément des wiki qui listent tous les produits pour les plus acharnés, et vous avez un bel aperçu par exemple sur ce site. Je voulais me limiter ici aux produits de l’univers alimentaire (et je repense encore au burger Darth Vador tout noir calciné de chez Quick d’il y a quelques années tout en essayant de dissimuler le petit filet de bave…), mais cela concerne vraiment tous les domaines, qui n’ont parfois plus aucun lien avec la licence qui incite à l’achat. Et finalement peu importe le produit ou l’univers, à chaque fois ça marche du tonnerre. Parmi mes pubs préférées il y a notamment celle pour les voitures Volkswagen que je trouve juste excellente :

Ce qui fait pour moi le principal levier de succès, c’est l’hommage qu’on rend ainsi, tant bien que mal selon les cas, à ces univers qui nous ont fait rêver quand on était petits et qui nous permettent de retrouver encore cette joie aujourd’hui. C’est ainsi que je me retrouve tous les matins avant d’aller travailler, vêtue de mon t-shirt avec le logo de l’Empire, à touiller mon café au lait avec une cuillère sabre laser dans un mug Totoro. Car il ne faut pas se le cacher ; geek ou pas, on a tous une âme d’enfant et ça fait plaisir de la cultiver même quand les premières rides et les premiers cheveux gris apparaissent !

 

Publicités

5 commentaires sur « Geek, cet enfant qui ne veut pas grandir »

Une remarque, une réaction, un amour à déclarer ? A vos claviers !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s